CREATE ACCOUNT

*

*

*

*

*

*

FORGOT YOUR PASSWORD?

*

Que nous apprend la réforme de l'orthographe sur l'idéologie socialiste ?

La réforme de l'orthographe n'a pas été pensée par le gouvernement socialiste actuel. Certes ! Mais alors pourquoi déterrer cette réforme vieille de... 26 ans ? N'aurait-elle pas pu prendre la poussière encore de longues années ?

Quand 140 000 jeunes sortent chaque année du système de formation initiale sans diplôme du second cycle, ou quand un nombre croissant d'écoliers termine le cycle élémentaire sans savoir lire et écrire, peut-on vraiment penser que c'est en changeant 2400 mots, en supprimant accents circonflexes ou virgules, que l'on règlera le problème ?

 

Les socialistes confondent progrès et assistanat

Qu'importe si nos jeunes ne savent pas accorder un participe passé ou un adjectif, ou qu'ils confondent les verbes être et avoir, ils pourront dorénavant écrire "nénufar" et "ognon" comme ces mots se prononcent... De toute façon, pas sûre que nos chères têtes blondes sachent à quoi ressemblent un nénuphar ou un oignon...

Quelle triste époque... Bien que marginale, cette réforme témoigne d'un parti socialiste qui, dans sa folie de promouvoir l'égalitarisme à tout prix, confond progrès et assistanat.

 

La gauche, c'est le nivellement par le bas

Avec cette dernière réforme en date, la ministre de l'Education nationale ancre bel et bien le quinquennat de François Hollande dans le nivellement par le bas.

Plutôt que de donner les moyens à nos jeunes d'apprendre, de développer leur curiosité et de les encourager à tendre vers l'excellence, les socialistes préfèrent à chaque fois se débarrasser des problèmes :
- Les notes sont traumatisantes pour les enfants, supprimons les notes !
- Les classes bilangues encouragent l'élitisme, supprimons les classes bilangues !
- Les bourses au mérite promeuvent la réussite et l'effort, deux gros mots pour la gauche au pouvoir, supprimons les bourses au mérite !
- L'apprentissage de l'allemand, du grec et du latin n'est, selon la Ministre, accessible qu'à un trop petit nombre, supprimons là encore ces matières !

 

La jeunesse attachée à l'excellence française !

Oui le Français est une langue difficile et pleine d'exceptions, mais n'est-ce pas une fierté de notre part que de l'exposer au regard du monde entier ; l'excellence française. Par exemple, on ne dit pas " des chevals" mais "des chevaux', le son O s'écrivant tantôt "au", ou "eau" ou encore "o".
Oui il y a des milliers d'exceptions à maîtriser... Oui l'orthographe et la conjugaison françaises sont des choses compliquées ! Mais ne sont-elles pas l'héritage d'une histoire à laquelle nous sommes attachés ?

Doit-on arrêter d'enseigner l'histoire sous prétexte que les dates ne sont pas faciles à retenir ? Supprimer les chiffres après les virgules car ils sont difficiles à se représenter ? Jusqu'où serons-nous prêts à aller pour "faciliter" la vie des écoliers et entretenir ce sentiment que "moins l'on fait d'efforts, plus la société nous accompagne".

La jeunesse de France mérite qu'on s'attache réellement à régler le problème de l'Education nationale. Qu'on agisse sur les causes, plutôt que de traiter à la marge les conséquences. Le problème de l'éducation réside aujourd'hui dans le "faire-savoir". Nul besoin donc de toucher au savoir ! Mesdames, Messieurs les dirigeants, ayez confiance en la jeunesse et en sa capacité à apprendre... elle vous le rendra !

 

 

Laure Thibault
Responsable des Jeunes Républicains du Val-de-Marne

Suivez les Jeunes Républicains du Val-de-Marne sur les réseaux sociaux :

FB 01tweeter 01youtube 01

TOP