Une prison de 800 places à Noiseau : c'est toujours NON !

Le Premier ministre s’apprête à annoncer ce jour la liste des implantations des nouvelles prisons. D’après la presse, Noiseau figurerait dans cette liste. L’Etat déciderait donc d’implanter à Noiseau (4 700 habitants) un centre pénitentiaire de 800 places à l’horizon 2027.

Les élus du groupe Les Républicains Val-de-Marne autrement réitèrent leur opposition à ce projet, comme ils l’ont fait depuis 2018, aux côtés du Maire de Noiseau Yvan FEMEL.

Le conseil municipal de Noiseau s’est exprimé à deux reprises contre ce projet ; le 10 novembre 2018, une marche avait rassemblé plus de 1400 personnes et l’ensemble des élus locaux de toutes tendances politiques. Le 8 février dernier, à l’initiative du groupe Les Républicains, le conseil départemental a réaffirmé à l’unanimité son opposition à ce projet au travers le vote d’un vœu. 

Nous dénonçons aujourd’hui ce nouveau passage en force de l’Etat, qui s’arroge le droit de disposer de nos territoires contre la volonté des élus locaux et de la population et sans aucune considération pour les projets locaux développés par ces mêmes élus et qui répondent à un objectif de rééquilibrage territorial entre l’est et l’ouest de la Région en termes de création d’emplois et de désenclavement.

En effet, ce choix menace un projet ambitieux d’urbanisation et de développement de ce secteur incluant de l’activité économique (avec plusieurs centaines d’emplois à la clé), du logement (un agro-quartier respectueux de l’insertion paysagère) et un centre bus innovant d’Ile-de-France Mobilités dont les études techniques sont en cours d’élaboration

Le Val-de-Marne n’est pas un plateau de Monopoly, condamné à accueillir toutes les infrastructures « pas de chance » dont les autres territoires ne veulent pas, sans pour autant jamais recevoir les infrastructures « coup de chance » (comme les Jeux Olympiques par exemple : zéro site Olympique en Val-de-Marne).

Les élus du groupe ne s’opposent pas à la construction de nouvelles prisons. Cependant, ils tiennent à rappeler que le Département du Val-de-Marne dispose déjà d’une prison, celle de Fresnes qui est la deuxième prison la plus importante de France avec 1600 détenus.

Ils ajoutent par ailleurs que les conditions carcérales autant pour les personnels que pour les détenus sont pour le moins préoccupantes ; conditions carcérales qui ont déjà été maintes fois dénoncées par la presse mais également par la Justice 

Le caractère d’urgence et le bon sens devraient donc encourager l’Etat à mettre en œuvre vraiment le projet de rénovation de la prison de Fresnes d’un montant de 270 millions d’euros annoncé en 2018 plutôt qu’à multiplier la construction de nouveaux établissements pénitentiaires en Val-de-Marne. 

 

Olivier CAPITANIO
Président du groupe Les Républicains Val-de-Marne Autrement

©2021 Les Républicains du Val-de-Marne. Tous droits réservés.

Search