Budget 2020 : les finances du département dans le rouge !

L’assemblée départementale a adopté son budget pour 2020. Les élus du groupe Les Républicains Val-de-Marne Autrement ont voté contre ce budget, dénonçant pour la énième année la fragilité financière absolue dans laquelle se trouve notre Département. Plusieurs indicateurs le prouvent.

La responsabilité de l’Etat dans la situation extrêmement fragile du département ne peut pas être écartée du fait des réductions de dotations et des politiques de solidarité assurées par le Département (RSA notamment) qui ne cessent d’augmenter, sans que les compensations de l’Etat ne soient suffisantes. 

Cependant, nous payons aujourd’hui cash l’entêtement de la majorité départementale socialo-communiste, qui pendant des années, par dogmatisme, aimait à dire que le mot économie ne faisait pas partie de son vocabulaire !

Ce budget consacre encore et toujours le recours à l’emprunt comme variable d’ajustement budgétaire.

La dette croît d’année en année à un rythme que rien ne parait pouvoir arrêter : 433 M€ au 31/12/2008, 945 M€ au 31/12/2018 soit une augmentation de 118 % en 10 ans.

Et le remboursement de la dette nous coûte de plus en plus cher : 63.59 M€ au budget 2020, c’est l’équivalent de la construction de 3 nouveaux collèges. C’est autant d’argent qui n’est pas investi au service des Val-de-Marnais pour améliorer le service public de proximité.

Cette situation nous inquiète d’autant plus que la majorité départementale a augmenté les impôts deux fois pendant ce mandat (en 2016, une hausse de 5.8% et de nouveau en 2018 une hausse de 3%) et que cela n’a pas permis d’améliorer la situation financière du département, au contraire.  

A cela s’ajoute des recettes, certes en hausse, mais qui s’appuient sur l’augmentation des DMTO (c’est-à-dire des taxes que payent les acheteurs d’un bien immobilier). Pour l’instant, le marché de l’immobilier se porte bien et les recettes sont au rendez-vous. Mais un retournement brutal du marché immobilier nous exposerait à de graves problèmes financiers. 

Heureusement, le département du Val-de-Marne peut compter sur la solidarité de deux départements bien gérés : les Yvelines et les Hauts-de-Seine. Dans le cadre du Fonds d’investissement interdépartemental d’Ile-de-France, ces deux départements permettront au Val-de-Marne de financer la station de dépollution des eaux pluviales à Champigny, la renaissance de la Bièvre à Arcueil et Cachan, la construction d’un collège à énergie positive à Valenton.

Nous constatons donc avec beaucoup de satisfaction que, contrairement à des idées trop souvent véhiculées notamment en périodes électorales, la gauche n’a pas le monopole de la solidarité.

Puisque la majorité départementale s’appuie aujourd’hui sur les départements de droite pour boucler son budget, nous l’encourageons à suivre enfin nos conseils pour sortir de l’impasse budgétaire dans laquelle nous nous trouvons.

Rappelons par exemple, que la simple application de la durée légale du temps de travail (35 heures par semaine) dans la collectivité permettrait de dégager comme le rappelle la Chambre régionale des comptes une marge de manœuvre financière de 21 M€ ! (Soit 7 points de fiscalité).

Cette mesure s’imposera de toute façon à la collectivité, au plus tard en mars 2022, puisque l’article 47 de la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 portant transformation de la fonction publique met fin aux dérogations à la durée hebdomadaire de travail de 35 heures dans la fonction publique territoriale.

Nous regrettons que la majorité départementale, par calcul électoral, à un an des prochaines échéances départementales, repousse cette mesure de bon sens qui nous permettrait d’engager des économies importantes. Que de temps perdu !

 

>> Lire la tribune en PDF

©2020 Les Républicains du Val-de-Marne. Tous droits réservés.

Search