NON à la privatisation d’Aéroports de Paris !

Alors que les Sénateurs avaient purement et simplement annulé le projet gouvernemental de privatisation d’Aéroports de Paris lors de l’examen du projet de loi Pacte en février dernier, le gouvernement et sa majorité, malgré un rejet massif de l’opposition, souhaitent passer en force. Tous les conseillers départementaux présents ont unanimement adopté un vœu lors de la dernière séance du conseil départemental pour rejeter cette privatisation.

La majorité départementale fait trop peu et trop tard pour freiner la dégradation des finances départementales.

Lors de la séance du 28 janvier 2019, l’Assemblée départementale a débattu du rapport d’orientations budgétaires (ROB). La majorité a enfin engagé des efforts de gestion. Mais trop peu et trop tard pour freiner la dégradation de l’état de santé du Département, dont le symptôme le plus préoccupant est la fuite en avant en matière d’endettement qui au rythme où vont les choses fera bientôt du Département du Val-de-Marne l’un des départements de taille comparable les plus endettés de France.

« Le nouveau monde » : aujourd’hui la colère, demain toujours plus de dette !

Pour calmer la colère des gilets jaunes, Emmanuel Macron a dû dans la précipitation annoncer une série de mesures. Si certaines d’entre elles, défendues par Les Républicains depuis de longs mois, vont dans le bon sens, rien n’est en revanche annoncé concernant la réduction des dépenses publiques. Résultat : ce sont bien les contribuables qui risquent une nouvelle fois de payer l’addition de l’obstination du pouvoir.

Handicap : il est urgent d’agir !

Lors du débat d’entre-deux tour de l’élection Présidentielle de 2017, le candidat E. Macron expliquait vouloir faire du handicap l’une des priorités de son quinquennat, prenant par exemple comme engagement de créer « tous les postes d’auxiliaires de vie scolaire pour que les jeunes enfants en situation de handicap puissent aller à l’école » ainsi que « les postes et les structures pour que les enfants, en particulier les jeunes autistes n’aient plus à aller à l’étranger pour pouvoir être en centres, lorsqu’ils sont obligés de l’être ». De belles paroles, mais où sont aujourd’hui les actes ?

©2021 Les Républicains du Val-de-Marne. Tous droits réservés.

Search